Historique des centres de renforts du canton de fribourg

 

 

En 1965, l'ECAB dotait les communes de Fribourg, Morat, Bulle, Estavayer-le-Lac, Romont et Châtel-St-Denis d'un équipement lourd (camion tonne-pompe Magirus, camion poudre Chevrolet 750 kg ou remorque poudre 250 kg) dans l'optique de la création de Centres de renfort dont la base légale repose dans le Règlement du Conseil d’État du 29 décembre 1967.

Le 1er janvier 1984, le cercle des CR s'est agrandi avec l'apport du Corps des sapeurs-pompiers de Guin qui a repris depuis la même date, le rayon d'intervention de la Singine, desservi jusqu'alors par le CR de Fribourg.

Dans l'esprit des initiateurs de la constitution des CR, il s'agissait de disposer, régionalement, de moyens lourds aptes à intervenir immédiatement lors de sinistres importants dépassant les possibilités d'action et les moyens du corps local. On voit que la notion de la régionalisation était déjà d'actualité dans les milieux sapeurs-pompiers il y a plus de trente ans !

En octobre 1983, les vénérables Magirus 64 "rentraient dans le rang", cédant la place aux TP Magirus 83

En mai 1988, année du 175e anniversaire de la fondation de l'ECAB, les CR du canton recevaient les nouveaux camions PLW (abréviation de Poudre et Light-Water) qui remplaçaient les camions poudre 750 kg et les remorques 250 kg. Ces camions Mercedes 280 CV sont équipés d'un dispositif d'extinction comprenant une citerne mousse de 500 l et deux citernes poudre tri-ex de 300 kg chacune. L'élément d'extinction est complété par un matériel très complet de désincarcération et de pénétration : cisailles, écarteurs, vérins, disqueuse, set de lances thermiques.

Une progression technologique fulgurante, liée à une civilisation de consommation dont on a souvent peine à maîtriser les débordements, pour ne pas parler d'excès, ont entraîné des besoins nouveaux, des exigences plus importantes. Partant, des risques nouveaux sont apparus. Sans commune mesure avec les incendies du siècle passé, les sinistres dits "écologiques" ont fait prendre conscience aux autorités de notre fragilité face à certains événements comme les pollutions chimiques ou par hydrocarbures.

Conscient de cette situation nouvelle, le Conseil d’État, par Arrêté du 15 décembre 1987, a institué sur le territoire cantonal une organisation de défense contre les pollutions de toutes natures : hydrocarbures, chimiques ou radioactives. Cet acte officiel s'accompagnait, en novembre 1990, de la remise de trois camions Mercedes 200 CV pour les CR de Bulle, Fribourg et Murten, avec 3 tentes à buts multiples et tous leurs accessoires, et de quatre remorques pour les CR de Châtel-St-Denis, Düdingen, Estavayer-le-Lac et Romont.

Par la même occasion, une nouvelle répartition a été faite dans les rayons d'intervention des CR dont trois ont été désignés comme Centres d'intervention chimique :

  • Bulle Sud du canton : districts de la Gruyère et de la Veveyse
  • Fribourg Centre du canton : districts de la Glâne, de la Sarine et de la Singine
  • Murten Nord du canton : district du Lac et de la Broye

Selon le concept d'intervention établi à cette occasion, l'uniformité des moyens acquis pour l'ensemble des Centres de renfort doit permettre l'entraide réciproque, même dans des situations particulièrement délicates.

Qu'en est-il aujourd'hui, plus de trente ans après la mise sur pied des Centres de renfort ? Un premier constat permet d'affirmer que l'objectif demeure identique, même si l'évolution dans le domaine des constructions, la multiplication des voies de communication et le transport des marchandises dangereuses par rail ou route ont imposé des responsabilités nouvelles aux Centres de renfort du canton.